La cigale et la fourmi…ou les limites du système D’ETTORE

La cigale et la fourmi…ou les limites du système D’ETTORE

La cigale et la fourmi…ou les limites du système D’ETTORE

Agde, plus grande station touristique de France mais avec un taux de chômage qui avoisine déjà les 18%, se relèvera-t-elle de la crise de la COVID 19 ?

La prééminence des activités touristiques dans l’activité économique de la ville laisse présager des lendemains très sombres pour tous ceux qui vivent de cette activité.

Alors les élus doivent être réactifs, proches de leurs forces vives économiques qu’ils doivent aider et soutenir de toutes leurs forces, par des mesures concrètes et efficaces.

Pour ce faire, les décideurs locaux ont eu toute la période de confinement pour réfléchir et prendre toutes les dispositions nécessaires.

Cela a été fait partout autour de nous, ou presque !
 

  • Alors que la ville voisine de Sète réunissait un conseil municipal de crise à huis clos le 27/04 pour faire entériner toute une série de mesures concrètes face à la situation exceptionnelle à destination des entreprises, des personnes en grande difficulté et des associations, à Agde, rien…
  • Alors que « Sète agglopôle méditerranée », lors de son conseil communautaire du 30/04 a voté un plan de soutien d’urgence et d’accompagnement à la reprise d’activité de 20M€ pour ses propres entreprises locales, ainsi qu’un plan de sauvegarde des filières, à Agde rien…
  • Alors que la Communauté d’agglomération Béziers Méditerranée a également débloqué un fonds de soutien de plusieurs millions d’euros pour ses entreprises pendant le confinement, à Agde rien…

Pendant ce temps, Mr le maire en personne  a dévoilé en direct sur une grande chaîne nationale son grand plan MARSHALL pour sauver la saison : «  nous allons servir les petits déjeuners en chambre pour les touristes ».

Il est vrai qu’en cette période électorale notre édile a préféré multiplier les remerciements à droite et à gauche plutôt que de rechercher des solutions efficaces, a préféré multiplier les promesses plutôt que de les faire valider par son conseil.

Il faut dire que la marge de manœuvre financière est plus qu’étroite au vu du budget et de l’état des finances de la ville.

Et pourtant que de travaux (élections obligent) engagés en ce début d’année qu’il faudra bien payer !

Face aux capacités financières de la Ville, on comprend mieux la faiblesse des propositions électorales de Gilles D’Ettore au grand désarroi de tous ceux qui vivent des activités touristiques, on comprend mieux son silence sur les comptes, son absence de proposition d’un budget rectificatif sincère. Il s’agit avant tout d’éviter tout ce qui ne serait pas porteur en cette période électorale

Les agathois, et plus particulièrement nos commerçants et restaurateurs attendent un plus grand soutien et des mesures beaucoup plus fortes.

Oui mais voilà, pendant 18 ans, il a multiplié les opérations de prestige à grand renfort de dépassements de budgets, dont la dernière pour l’entrée du Cap avec un dépassement de plusieurs millions d’euros, augmentant considérablement l’endettement.

Aujourd’hui les caisses sont vides et ne permettent pas d’anticiper ce coup dur de la vie. En plus, les futurs grands projets promis sont sur la table : impossible moralement pour notre Maire de faire marche arrière !

Pourtant, que de projets auraient pu être réalisés pour le bien de tous et non de quelques uns. Pendant ces 18 années de mandat, des choix auraient pu être faits en matière d’investissement de façon à dynamiser l’économie locale, et non à privilégier la bonne santé financière des promoteurs.

Alors que souhaitent réellement les agathois :

- Un Maire soucieux du bien être de tous ou un maire « bling bling » ?

- Un Maire qui sait gérer en « bon père de famille » en constituant un trésor de guerre non seulement pour les coups durs mais également pour investir dans le développement économique de sa ville et de ses activités, ou un maire dispendieux aux ambitions démesurées ?

- Des actions réellement efficaces ou des paroles ?

C’est le 28 juin qu’il faudra mettre fin à 3 mandats successifs pendant lesquels beaucoup de promesses ont été faites mais peu ont été tenues.

Ne laissez pas l’abstention décider pour vous !

Sylvie Mistarz et André Figueras

Pour la liste Thierry Nadal juste, verte, sûre.

| 04-06-20

 

 

 

Retour